Tout droit vers le Pot au Noir

Bonjour à tous,

Les alizés se calment. La mer aussi. Je file vers mon huitième Pot au Noir. Il s’annonce incertain quant à la barrière ultime qu’il va m’opposer dans ma route vers l’hémisphère sud … et ces fameuses mers australes que j’attends avec impatience.

Je ressens un bonheur inextinguible m’envahir d’être ici, d’avoir dépassé les difficultés de début de course et d’être revenu sur le peloton de queue. Je me sens libéré et enfin connecté à ma course, à mon bateau, aux éléments et à moi-même.

Libre aussi et ça n’a pas de prix.

LE POINT COURSE

L’archipel volcanique du Cap-Vert dans le sillage, Fabrice Amedeo continue sa descente plein sud dans un alizé modéré. Parti avec 350 milles de retard sur l’arrière de la flotte il y a onze jours, Newrest – Art & Fenêtres a recollé le premier groupe de bateau. Son skipper n’a pas chômé et compte bien continuer sur sa lancée à l’approche du Pot au Noir. 390 milles le séparent du prochain groupe de bateaux dans lequel se trouve notamment Arnaud Boissières.
Jérémie Beyou, reparti mardi 17, file à toute allure au large de Madère avec encore 1000 milles de retard sur Kojiro Shiraishi, au ralenti depuis presque une semaine. Le Japonais a mis en place un véritable atelier sur le pont de son bateau pour réparer sa grand-voile déchirée, et c’est chose faite depuis hier soir.
Dans l’hémisphère sud, Thomas Ruyant a pris la tête de la flotte cette nuit, doublant le skipper gallois Alex Thomson qui l’occupait depuis une semaine. Avec Charlie Dalin, le trio infernal s’échappe au large de Rio, en direction d’un étroit couloir de vent sous l’anticyclone de Sainte-Hélène. 200 milles les séparent de leurs plus proches poursuivants…

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique