The BOSS will be back

Depuis deux semaines, je passe chaque jour par beaucoup d’émotions et je trouve épouvantablement difficile cette position reculée, loin derrière tout le monde. Mais depuis ce samedi à la mi-journée, je ne me plains plus. Je n’en ai plus le droit. Car le Vendée Globe a perdu l’un de ses favoris, Alex Thomson qui fait route vers Cape Town.

Mais notre course a perdu plus que cela. Alex a révolutionné notre sport : ses bateaux sont toujours les plus beaux et ont un temps d’avance sur ceux de ses concurrents. Alex a modernisé la communication autour de la voile en faisant sauter toutes les barrières : Keel Walk, Mast Walk, Sky Walk. Il y a lui et les autres.

Le Vendée Globe a besoin d’une victoire d’Alex Thomson. J’espère que ce sera pour 2024. Et en plus de tout cela, Alex est sympa et modeste. La course perd donc un favori mais aussi un grand monsieur aujourd’hui !

Je pense bien à lui et à toute son équipe.

Fabrice
Newrest – Art & Fenêtres

 

LE POINT COURSE

Après avoir rattrapé plus de 350 milles sur l’arrière de la flotte, Fabrice est désormais 25e et creuse doucement l’écart avec le groupe de six marins doublés à l’entrée de l’hémisphère Sud. Il a aussi gagné 100 milles en 24h sur le groupe de devant, positionné 450 milles plus au sud.
Newrest – Art & Fenêtres longe le Brésil à 14,5 nœuds de moyenne sur les dernières 24 heures (27 km/h), et doit désormais s’atteler à poursuivre sa progression dans le sud afin de pouvoir contourner au mieux l’anticyclone de Sainte-Hélène* et prendre ensuite la direction du cap de Bonne-Espérance.
Cette marque symbolique au sud de l’Afrique pourrait être franchie dès lundi midi par l’actuel leader de la course, Charlie Dalin. Le skipper d’Apivia compte ce samedi presque 300 milles d’avance sur son premier poursuivant Thomas Ruyant (LinkedOut) victime d’une avarie au niveau de son foil bâbord. Ces dernières heures de course ont également été marquées par la perte d’un safran pour un des leaders, Alex Thomson (Hugo Boss), qui renonce à la course. La fin de cette descente de l’Atlantique n’est donc pas de tout repos avant d’atteindre les mers australes…

* l’anticyclone de Sainte-Hélène désigne une large zone de vents faibles. Il tire son nom de l’île de Sainte-Hélène, seule terre dans les parages, au milieu de l’Atlantique Sud, essentiellement connue comme lieu d’exil de Napoléon.

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique