Guyader Bermudes 1000 Race : de l’expérience et du plaisir

Fabrice Amedeo a franchi la ligne d’arrivée de la Guyader Bermudes 1000 Race en 19e position cette nuit à 1 heure et 46 minutes après 6 jours et 11 heures de navigation. Plus de 1600 milles parcourus qui lui auront permis de retrouver ses marques à bord de Nexans – Art & Fenêtres équipé de ses nouveaux foils et d’engranger une expérience capitale en vue des prochaines échéances. Car boucler cette première course du championnat IMOCA lui permet aussi de se qualifier pour la Vendée – Arctique – Les Sables en juin et pour la Route du Rhum en novembre.

Une épreuve d’avant saison pour se préparer. C’était l’objectif de cette Guyader Bermudes 1000 Race et c’est ce que Fabrice Amedeo a fait cette semaine en effectuant le parcours au départ et à l’arrivée à Brest en passant par le Fastnet au sud de l’Irlande et le cap Finisterre au nord-ouest de l’Espagne. Un parcours qui a réservé des conditions très variées et exigeantes à la flotte des IMOCA. « Ça a vraiment été une super course, avec un parcours génial, affirme le skipper à son arrivée au ponton. Il y a eu un peu trop de près à mon goût mais ça a été très varié et très intéressant, une super préparation pour la suite ! Les nouveaux foils sont très techniques, il va falloir que je m’entraîne et que je passe du temps sur l’eau. »  

QUALIF’ EN POCHE POUR LES PROCHAINES COURSES

Arrivé en 19e position cette nuit à Brest, Fabrice est certes « un peu déçu, ça fait toujours un peu mal de rater sa course », mais il ne perd pas de vue ses objectifs d’avant départ, « se faire plaisir et prendre confiance ». « C’est toujours l’histoire du verre à moitié plein et du verre à moitié vide, analyse-t-il. Le vide, c’est que j’arrive 19e et que ce n’est pas génial. Le plein, c’est que je suis désormais qualifié pour la Vendée Arctique et pour la Route du Rhum, et que j’ai appris plein de choses. Prendre le départ de cette course deux semaines et demi après la mise à l’eau de mon bateau et après un tel chantier d’hiver est un exploit que je dois à mon équipe technique. On savait que le bateau n’était pas tout à fait prêt et là, nous avons vu ce qui n’allait pas et nous avons de bonnes pistes de travail. Le skipper n’était pas plus prêt parce que je n’avais fait que trois nav’ avant le départ. »

« LE SENTIMENT DU DEVOIR ACCOMPLI »

« J’ai engrangé beaucoup d’expérience pour la suite et surtout, j’ai pris du plaisir, notamment lors de l’arrivée sur le Fastnet, avec Nexans – Art & Fenêtres qui allait à fond la caisse. Nous avons aussi validé des milles en vue de la qualification pour le Vendée Globe et j’ai engrangé une expérience capitale à bord pour la suite, conclut-il. J’ai donc le sentiment du devoir accompli et suis conscient de l’immense tâche qui m’attend maintenant pour me hisser au niveau de ce beau bateau et du défi qui attend mon équipe pour le fiabiliser. »

 

Photo : Guyader Bermudes 1000 Race

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique

Partenaires techniques