Une première campagne très positive pour le capteur océanographique

Si sur le plan sportif, l’année 2019 de Fabrice Amedeo aura été marquée par une belle montée en puissance et soldée par une place dans le Top Dix sur la Transat Jacques Vabre, à l’heure des bilans, les compteurs sont également au vert dans les autres domaines. Ainsi, pour une première année qui avait autant valeur de test que de découverte, l’installation du capteur océanographique a donné entière satisfaction et permis de lancer une collaboration solide et durable avec les partenaires scientifiques. Avec 9000 milles dans son sillage et deux transatlantiques en guise de parcours d’étalonnage, le monocoque Newrest – Art & Fenêtres a parfaitement accueilli le capteur à bord et délivré les premières données.

En cette année 2019, à un an de sa deuxième participation au Vendée Globe, Fabrice Amedeo a donc fait le choix, en tant que citoyen et en tant que marin, de mettre son programme de navigations et de courses au service de la Science en se dotant d’un capteur océanographique destiné à effectuer des relevés de salinité, de CO2 et de températures en surface.  Un engagement fort également porté par ses partenaires Art & Fenêtres, Onet et Éléphant Bleu et expliqué par le navigateur : « Je souhaite apporter ma modeste pierre à l’immense édifice de ce qu’il faudrait faire pour sauver notre planète, ainsi qu’apporter ma contribution à certains travaux scientifiques. J’ai été rejoint dans cette démarche par des partenaires, Onet et Éléphant Bleu qui se reconnaissent dans ce discours : nous ne sommes pas parfaits mais nous faisons des efforts pour nous améliorer et pour faire avancer les choses ».

DU CAPTEUR À LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE, L’ITINÉRAIRE DES DONNÉES

Partenaire scientifique de ce projet, l’Ifremer est de ceux qui réceptionnent et exploitent les données. Thierry Reynaud, ingénieur de recherche, dresse lui aussi un premier bilan positif après les premières navigations : « Le premier constat à poser sur cette campagne 2019 est très positif parce que les équipements installés à bord de l’IMOCA ont parfaitement fonctionné. Nous pouvons vraiment être contents du résultat. Nous sommes sur un trajet connu avec ces deux transatlantiques, un itinéraire fréquemment emprunté par des bateaux équipés de capteurs comme par exemple ceux qui transportent des pièces pour les lancements spatiaux à Kourou. Nous n’avons donc rien appris de révolutionnaire. Au niveau de la salinité et de la température de surface, nous n’avons pas fait de grandes découvertes en 2019. Mais il était important de tester le matériel, parce que nous savons que le programme de 2020 sera révolutionnaire avec le parcours du Vendée Globe qui nous donnera la possibilité de récolter des informations inédites ».  Destinataire des datas produites par le capteur de Fabrice Amedeo au sein de l’Ifremer, Thierry explique le cheminement emprunté et les différentes étapes entre la « réception » et la mise à disposition auprès de la communauté scientifique : « Les données récoltées sont envoyées à Ifremer pour être reformatées, filtrées numériquement. Elles sont ensuite intégrées à un logiciel afin d’être comparées aux connaissances climatiques déjà engrangées et d’être qualifiées. Une fois ces données validées, elles sont ajustées par rapport aux échantillons afin d’obtenir des signaux de température et de salinité avec une précision de deux centièmes. Une fois ce processus mené à bien, les informations sont mises à la disposition de la communauté scientifique sur un site internet dédié afin que les chercheurs du monde entier puissent y avoir accès ».

Un cheminement rigoureux du bateau à la mise à disposition qui fait aujourd’hui de Fabrice Amedeo, Art & Fenêtres, Onet et Éléphant Bleu des acteurs de cette communauté scientifique. Une première campagne validée qui appelle une contribution majeure l’année prochaine avec l’ajout du module de collecte de micro-plastiques et des relevés effectués à l’échelle d’un tour du monde…

RAPPEL :

Partenaires du projet océanographique : Art & Fenêtres, Onet, Éléphant Bleu.
Partenaires scientifiques : Ifremer, GEOMAR, Max Planck Institut, UNESCO, JCOMMOPS.

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique