Transat Jacques Vabre : Nexans – Art & Fenêtres dans le wagon de tête

Au départ de la 17e transatlantique de sa carrière, Fabrice Amedeo ne cachait pas son enthousiasme ce dimanche matin sur les pontons du Havre. Avec Loïs Berrehar, qui participe pour la première fois à la Transat Jacques Vabre, ils ont réalisé un bon départ : Nexans – Art & Fenêtres pointait dans le wagon de tête, à la 5e place après cinq heures de course.

La foule s’était massée à une poignée de mètres de la longue rangée des IMOCA. Ce dimanche matin, il fallait se frayer un chemin pour parvenir jusqu’à Nexans – Art & Fenêtres. Fabrice Amedeo, regard assuré et sourire aux lèvres, se préparait avec sérénité. Il s’est offert un dernier coup de fil à ses filles avant d’échanger quelques mots avec les partenaires puis de monter à bord et s’activer pour les derniers préparatifs. « C’est ma 17e transatlantique, confiait-il avant de saluer le public présent. Ça permet de savoir à quoi s’attendre et à désacraliser le moment même si cela reste toujours aussi excitant ».

« Ce n’est pas anodin de passer 20 jours en mer » (Loïs)

Le skipper, qui dispute sa 5e Transat Jacques Vabre, a savouré l’atmosphère du moment. « Ces derniers jours au Havre étaient exceptionnels avec le public venu en nombre et l’ambiance en plus, souligne-t-il. On sent que notre sport est en phase de croissance et qu’il suscite de l’intérêt. On ne peut que s’en réjouir ». Il apprécie aussi pouvoir « oublier le Covid-19 qui nous pourrit la vie », les masques et les mesures qui vont avec. L’ancien journaliste n’a pas de routine particulière en ces jours de grand départ. Néanmoins, il a glissé un coquillage dans sa poche. « C’est ma petite dernière qui me l’a offert et il ne me quittera pas », promet-il.

Son coéquipier, Loïs Berrehar, plus jeune skipper IMOCA de l’épreuve, s’affaire au même moment dans le cockpit. Il s’agit certes de sa 4e transatlantique en course mais de sa 1ère Transat Jacques Vabre. On sent chez lui une pointe d’appréhension, les ‘au revoir’ avec sa compagne sont un peu plus longs mais l’envie d’en découdre est bien là. Il sourit : « j’aime bien Le Havre mais je suis surtout là pour disputer une course et tout donner. Ce n’est pas anodin de passer 20 jours en mer, surtout à bord d’un IMOCA. Mais je suis très excité ! » Il qualifie leur relation de « complice et complémentaire ». « C’est un vrai plus de bien se connaître, ça facilite la communication et ça pousse à être franc et à se dire les choses sans filtre ». 

« Il faut rester particulièrement concentré » (Fabrice) 

Après les mots, place aux actes. Le duo s’est élancé avec sérieux et application. Si les conditions ont offert de belles images lors de la retransmission du départ, la vigilance était de mise pour les 79 bateaux présents sur le plan d’eau dans 15 à 20 nœuds de vent et des vagues. « On sait que les risques sont nombreux et qu’il faut rester particulièrement concentré », confirme Fabrice Amedeo.

Les deux marins espéraient surtout « être dans le bon wagon dès le départ ». Message reçu parfaitement : à 18 heures, après 5 heures de course, Nexans – Art & Fenêtres pointait à la 5e place au classement des IMOCA, à 3,8 milles du leader du moment, Apivia. Néanmoins, le programme à suivre s’annonce particulièrement éprouvant. « Après du près pour sortir de la Manche, le vent va mollir dans la nuit, explique Fabrice. Puis, les conditions seront très incertaines avec un anticyclone et une dorsale qui va nous barrer la route ». Mais les deux hommes peuvent se projeter sur les prochaines heures avec sérénité après avoir fait le plein de confiance en ce début d’après-midi.

 

Photo : Pierre Bouras
Vidéo : Wanaii films

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique