Patience…

« Garder le moral malgré ce début de course un peu cauchemardesque » … Joint à la vacation ce midi, Fabrice Amedeo s’accroche. « Je suis loin derrière avec un scénario météo plutôt défavorable. Il va falloir être patient. Il y a 4 ans, j’avais fait une belle descente de l’Atlantique, et j’étais passé en mode aventure dans le Grand Sud. Là je suis déjà en mode aventure donc c’est un peu difficile. Mais je me dis que j’ai une chance énorme d’être sur le Vendée Globe. C’est un grand privilège d’être libre sur l’eau et de vivre sa passion. Donc je fais le dos rond et j’attends que la chance tourne. »

« Il va réduire l’écart, c’est une évidence. »

Sur une route relativement directe, tribord amure, Newrest – Art & Fenêtres fait route au sud au près, au large du Portugal. « Les conditions sont relativement clémentes, maximum 20 nœuds de vent, mais la mer est formée » explique le skipper.

Alors que la flotte est en train de contourner Thêta (29e dépression tropicale de l’année), Fabrice Amedeo évolue entre deux systèmes météo. « Normalement, son objectif dans les trois prochains jours va être de viser au plus près de Thêta pour faire le moins de route possible, explique Eric Péron, co-skipper sur la Transat Jacques Vabre et binôme de Fabrice jusqu’aux derniers instants avant le départ. « La dépression tropicale est encore bien active aujourd’hui mais le temps qu’il arrive sur zone, d’ici 2 jours, elle va s’amoindrir. Il y aura 20 nœuds de vent, avec des rafales à 30 nœuds, ce qui sera beaucoup plus maniable que les 40 à 60 nœuds de cette nuit. Les premiers bateaux sont passés très près du centre pour faire moins de route. Mais ils ne vont pas très vite parce qu’il y a trop de vent et trop de mer. Fabrice va pouvoir faire une route plus courte et en moyenne plus rapide. En principe, il devrait rattraper les 6 bateaux devant lui au niveau du pot au noir. Il va réduire l’écart, c’est une évidence. »

« La limite des bateaux, c’est la mer. »

Alex Thomson file en tête de flotte, tout schuss en direction du sud. Mais à ses trousses, les vieux bateaux à dérives de Jean Le Cam et Benjamin Dutreux font sensation. « Un bateau comme celui de Jean Le Cam va aussi vite qu’Hugo Boss parce qu’il est obligé de mettre le frein à main à cause de la mer – plus de 6 mètres de creux ! –, explique Eric. Quitte à aller doucement, il préfère faire moins de route, contrairement à Apivia qui fait une route plus longue mais plus rapide en exploitant le potentiel du bateau. Ça va créer des écarts latéraux à la sortie de la dépression : Hugo Boss à l’Est, Apivia à l’Ouest. Il est un peu tôt pour dire ce qui sera le mieux pour passer l’anticyclone et le pot au noir. »

Les alizés mardi

« Je ne vais pas tarder à renvoyer en bâbord pour aller chercher une bascule de vent. Il faudra ensuite négocier Thêta puis une zone de transition et de molle. Je vais atteindre les alizés mardi et c’est parti, tout droit vers le sud ! On verra à ce moment-là où j’en serai, se projette Fabrice. En attendant, « j’arrive à bien manger, bien dormir mais il y a des petites bidouilles à faire sur le bateau. L’ordinateur n°1 a planté, j’utilise déjà l’ordinateur n°2. Mais je ne désespère pas de trouver une solution. »

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique