On garde le Cap

Jeudi dernier, Fabrice Amedeo a prévenu la direction de course du Vendée Globe que le deuxième ordinateur du bord ne fonctionnait plus. Son bateau Newrest – Art & Fenêtres évoluait alors en 21e position dans les quarantièmes rugissants dans du vent fort et une mer très formée. Le premier ordinateur du bord était déjà hors service depuis la première tempête au large du cap Finisterre. Privé de système informatique, Fabrice ne pouvait plus recevoir les informations météo nécessaires à la bonne marche du bateau et surtout à sa sécurité. Il a donc dû mettre le cap vers l’Afrique du Sud. « C’est une décision difficile à prendre », a confié le skipper alors qu’il abandonnait pour la première fois dans une course au large d’envergure.

Arrivé dimanche matin à Cape Town, Fabrice prépare le bateau pour qu’il puisse repartir en mer, cap sur la Bretagne. Les capteurs océanographiques installés à bord sont toujours en fonction. Ils vont permettre de continuer à récolter des données (microplastiques, CO2, salinité et température de l’eau) pour la communauté scientifique internationale, notamment le long de l’Afrique.

Mais d’ici là, Fabrice donne rendez-vous vendredi à 10h à tous les enfants qui attendent des réponses à leurs questions. Il y répondra dans une nouvelle vidéo !

 

L’IMOCA Newrest – Art & Fenêtres au service de la science

A bord du bateau de Fabrice, il y a donc deux capteurs océanographiques qui fonctionnent toute la journée pour mesurer des données utiles pour les scientifiques.

Le premier capteur mesure trois choses à la surface des océans :
– la température de l’eau
– la
salinité (la quantité de sel dissous dans l’océan)
– le teneur en
CO2 (la quantité de dioxyde de carbone dissous dans l’océan)

Le deuxième capteur permet de récolter des microplastiques grâce à trois filtres de tailles différentes. Ces filtres permettent de capturer les microplastiques dans l’eau qui passe dans le capteur, de mesurer leur quantité et leur taille. Mais cela demande plus de travail que pour le premier capteur car il faut changer les filtres tous les jours et les stocker dans des petites boites que les scientifiques de l’Ifremer et de l’Université de Bordeaux vont récupérer au retour du bateau. Ils vont ensuite les analyser et travailler avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD) pour établir une cartographie qui précisera la concentration de microplastiques dans les zones explorées, ainsi que leur composition et leur toxicité. 

 

L’INFO OCEANO


La dernière fois que la Terre a connu une telle teneur en CO2, c’était il y a 100 millions d’années : la température était alors de 2 °C à 3 °C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel.
L’Océan est capable d’absorber près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre produites sur une année. C’est une belle performance !
Mais aujourd’hui, l’augmentation des rejets de dioxyde de carbone (CO2) dus aux activités humaines est telle que cela met en péril ce fonctionnement. La pompe à carbone des océans n’arrive plus à suivre et par conséquent notre Terre a de la fièvre.
Cétacé ! En utilisant plus d’énergies propres, nous pouvons rapidement baisser notre production de gaz à effet de serre.

 

L’INFO BATEAU

Pour assurer le bon fonctionnement des capteurs océanographiques installés à bord du bateau de Fabrice, son équipe technique a trouvé des solutions pour produire plus d’énergie que prévu pour les alimenter. En plus des hydrogénérateurs (appareils permettant de produire de l’électricité au moyen d’une hélice qui tourne grâce à la vitesse du bateau) et des panneaux solaires, une éolienne a donc été installée à bord de Newrest – Art & Fenêtres !
Pour en apprendre plus sur les énergies bleues, rends-toi au chapitre « On garde le Cap » de ton cahier ‘Cétacé ! L’Océan boit la tasse’, également accessible en ligne ici.

LE LIVE VIDEO

Clique sur la vidéo ci-dessus pour voir ou revoir la dernière vidéo de Fabrice dans laquelle il répond aux questions des enfants.

RENDEZ-VOUS VENDREDI 10H POUR LE PROCHAIN LIVE !
Fabrice Amedeo répondra en vidéo aux questions que tu peux lui envoyer par mail à l’adresse contact@fabriceamedeo.com.
RDV vendredi prochain sur son site internet, sur la page « Projet pédagogique ».

 

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique