Naviguer pour la science : les premières données Newrest – Art & Fenêtres envoyées à terre

Au départ de la Transat Jacques Vabre, Fabrice Amedeo embarquait un nouveau venu à bord : le OceanPackTM, instrument scientifique SubCtech ayant vocation à mesurer le CO2, la température et la salinité présents dans les océans durant la course, afin de transférer ces données en opendata à la communauté scientifique, permettant par la suite la modélisation des scénarios climatologiques futurs. La présence à bord de ce capteur était rendue possible grâce à l’investissement de la société Art & Fenêtres qui a souhaité s’impliquer dans cette nouvelle voie, mais également de ceux de deux nouveaux acteurs au sein du projet, les sociétés Onet et Eléphant Bleu qui ont rejoint l’aventure cet automne.

Samedi dernier, au sud des Canaries, les premières datas ont été extraites du capteur et envoyées à terre. Nos partenaires scientifiques IFREMER, GEOMAR et MAX PLANCK INSTITUTE ont pu nous apporter quelques premiers détails d’interprétation des données recensées jusqu’ici, bien que l’étape de modélisation n’ait pas encore commencé.

L’EXACTITUDE DES RÉSULTATS, PREMIÈRE PRÉOCCUPATION POUR LES SCIENTIFIQUES

En premier lieu, nos partenaires scientifiques doivent s’assurer du bon fonctionnement de l’instrument.  Les données sont donc comparées à une référence climatologique afin de vérifier dans un premier temps si le capteur fonctionne et si aucun biais n’est observé.  « On espère que statistiquement le capteur ne s’éloigne pas trop des valeurs de référence recensées jusqu’à aujourd’hui. Si tel est le cas, cela nous rassure et nous amène à penser que l’instrument fonctionne bien » explique Thierry Reynaud, notre référent scientifique à l’IFREMER.

Bonne nouvelle : « Aux vues des datas qui s’intègrent dans les relevés climatologiques de référence, il est possible de considérer les données comme valides. »

Données Newrest – Art & Fenêtres en température et salinité comparées aux références climatologiques Argo[1], 5 novembre 2019. Lignes fines noires et rouges = références climatologiques de référence (noire) et écart type. (rouge)(rouge) entre celles-ci. Ligne noire épaisse = données recensées par le capteur. [1](logiciel TSGQC (Novembre ISAS-15 Climatology)

 

Installé peu avant le départ de la course, le capteur avait seulement été testé sur le convoyage entre La Trinité-sur-Mer et Le Havre : « J’appréhendais un peu cette première grande traversée avec le capteur à bord car nous l’avions très peu testé, notamment sa fiabilité sur nos bateaux qui tapent énormément ainsi que son impact sur la consommation d’énergie à bord. Nous avons traversé toutes sortes de conditions depuis Le Havre, le capteur fonctionne et n’a pas d’impact trop important sur l’énergie du bord », explique Fabrice Amedeo.

Ainsi, le travail des scientifiques peut commencer.

 

« IL NE FAUT PAS CONFONDRE ANALYSE ET MODÉLISATION »

« Ces data sur la route du Brésil nous apprennent-elles des choses sur l’état de nos océans ? Quelles auraient pu être les valeurs constatées il y a 50 ans et quelles pourraient être les valeurs constatées dans 30 ans si nous ne faisons rien ? », se demande Fabrice.

A réception des premiers résultats, nos partenaires scientifiques sont en mesure de constater que le capteur fonctionne correctement. Pour le reste, le travail commence juste. Stefan Raimund de SubCtech, nous l’explique : « Les scientifiques vont tout d’abord réaliser des analyses des données. Par la suite, une modélisation sera possible ». C’est cette modélisation qui permettra, le moment venu, de tirer des conclusions.

A la question de l’utilité de ces résultats pour la communauté scientifique, Stefan et Thierry répondent : « Nous avons besoin de ces données pour modéliser les évolutions scientifiques à venir ». Un retour motivant pour Fabrice : « Je trouve absolument génial de pouvoir continuer à régater avec les mêmes objectifs sportifs tout en navigant pour la communauté scientifique ».

 

QUE DISENT LES PREMIERS RÉSULTATS ?

Sans entrer dans l’interprétation des résultats, les scientifiques ont observé quelques éléments intéressants sur les résultats recensés, et ont enrichi notre connaissance des données pour mieux les comprendre.

Compréhension des données CO2 enregistrées par le capteur sur Newrest – Art & Fenêtres : 

Les premiers relevés du capteur permettent de constater une forte concentration de CO2 sur les zones côtières peu profondes (zones jaunes et vertes) et de voir clairement où se termine le plateau continental (zones bleues).
Les zones jaunes et vertes s’expliquent en partie par la saisonnalité hivernale, qui entraine une faible densité d’organismes vivants capables d’absorber le CO2.

« Les niveaux de CO2 sont faibles (zones bleues) entre 48 ° N et 37 ° N. Ici, l’océan absorbe le CO2 de l’atmosphère » explique Stefan Raimund. Les zones bleues s’expliquent aussi par le facteur du vent : « une zone à faible carbone rencontrant un fort vent permet d’absorber encore plus efficacement le CO2 », explique Peter Landschützer du Max Planck Institute.

 

Compréhension des données en Température et Salinité enregistrées par le capteur sur Newrest – Art & Fenêtres: 

Bien qu’il soit impossible pour Thierry Reynaud de l’IFREMER de tirer des conclusions scientifiques aussi tôt, deux points l’interpellent :

« Nous allons attendre la réception des données jusqu’à l’arrivée de Fabrice et Eric à quai pour la suite des résultats, puis reprendre les données à leur retour en France, pour engranger un maximum de data » déclare Thierry. Sur son voyage retour, Fabrice a accepté de prélever des échantillons d’eau de mer qui serviront à la correction des mesures de salinité. Ces échantillons sont essentiels pour diminuer l’incertitude sur les mesures.

 

BON À SAVOIR SUR… LE CO2

 

 

1.Premier apprentissage : Le taux de CO2 augmente chaque année 

Aujourd’hui, le taux de CO2 dans l’atmosphère est de 407,8 ppm en moyenne. Comme nous l’observons sur le graphique comparatif entre 1980 et 2019, le taux de CO2 est en hausse depuis 30 ans.

2.Deuxième apprentissage : la hausse du CO2 dans l’atmosphère entraine une hausse de l’acidité et des conséquences sur la chaine de vie

30% du CO2 atmosphérique est absorbé par les océans : la hausse du taux de CO2 atmosphérique engendre donc une hausse du taux de CO2 dans l’océan. Avec plus de CO2 dans l’atmosphère et dans l’océan, l’acidité de ce dernier augmente, induisant des conséquences sur la chaîne de vie.
Stefan Raimund, SubCtech :
« Les données recensées par le capteur à bord de Newrest – Art & Fenêtres sont essentielles pour comprendre l’interaction entre atmosphère et océan ». 

3.Troisième apprentissage : Les saisons impactent la capacité d’absorption de CO2 de l’océan 

On remarque un fonctionnement courbe à l’allure discontinue s’expliquant par le phénomène des saisons : en hiver, il y a moins d’organismes vivants dans l’océan capables d’absorber le CO2. La concentration en CO2 dans l’océan est donc systématiquement plus élevée en hiver.

 

 

 

 

 

 

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques