« Le plus gros shoot d’adrénaline de ma vie ! »

Fabrice Amedeo est arrivé à la 9ème place de la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne, cette nuit à 2h58, après 10 jours, 11 heures, 28 minutes et 32 secondes de course. Un final exceptionnel, à la bataille jusqu’à la dernière seconde avec le Japonais Kojiro Shiraishi et le Mayennais Maxime Sorel, arrivés 2 et 5 minutes plus tard seulement !
Le parcours inédit, qui a mené le skipper Newrest – Art & Fenêtres jusqu’aux abords du cercle polaire arctique, a tenu toutes ses promesses, imposant un rythme infernal, physique, technique et stratégique. Fabrice gardera aussi le souvenir des lumières exceptionnelles de la mer d’Irminger et du bleu des journées sans nuit. Côté entraînement, celui-ci a été particulièrement riche en vue du Vendée Globe dont le départ sera donné le 8 novembre prochain.  

Un finish incroyable : « le plus gros shoot d’adrénaline de ma vie ! »

Après une journée compliquée hier, « tout allait à l’envers avec la fatigue, j’ai passé une heure sans voile d’avant », Fabrice Amedeo a puisé dans ses derniers retranchements pour finir en beauté cette Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne. « J’étais à deux doigts de rentrer sous J2, avoue le skipper Newrest – Art & Fenêtres. Et puis je me suis dit qu’il fallait que je renvoie un gennak’ sinon je m’en voudrais toute ma vie. Je l’ai fait et je suis revenu sur Maxime (Sorel) qui m’avait dépassé. Et ça s’est terminé avec Kojiro (Shiraishi) qui revenait par en-dessous à 20 nœuds avec son bateau à gros foils. Je ne pouvais pas affaler donc j’ai déboulé à 18 nœuds sur la ligne d’arrivée, c’était monstrueux, le plus gros shoot d’adrénaline de ma vie ! Il y avait des bateaux de pêche de partout, le bateau qui surfait à 22 nœuds dans la houle de nuit, près de la côte… C’était incroyable ! Je termine cette super course sur une note hyper positive. »

Un entraînement riche en vue du Vendée Globe

Avec une mise à l’eau tardive de l’IMOCA Newrest – Art & Fenêtres à cause de la crise sanitaire, Fabrice Amedeo n’a que très peu navigué avant de prendre le départ de la course. « Quand je suis parti, je n’étais pas prêt et fatigué par le rythme de terrien, avec beaucoup de projets à mener de front, explique Fabrice. En effet, le skipper change de casquette lorsqu’il est à terre : chef d’entreprise, père de famille ou encore scientifique à la tête d’un projet planétaire de récolte de données, pour mesurer les impacts du réchauffement climatique et de la pollution sur les océans… « Au final je me suis entrainé pendant la course. Tous les ennuis que j’ai eu auraient pu être évités avec quelques jours de navigation en plus. Au niveau du bateau, on est sur la bonne voie, il y a encore du travail mais beaucoup de choses ont été validées », positive Fabrice.

« A la différence d’un Vendée Globe où tu accompagnes les systèmes météo de l’ouest vers l’est, sur la Vendée – Arctique on les a traversés du nord au sud, donc tu peux avoir une dorsale anticyclonique et le nord d’une dépression dans la même journée. C’était hyper riche. Et comme les poursuivants revenaient toujours sur ceux de devant, ça a été hyper intense et incertain du début à la fin. »

Un super entrainement donc, en vue du Vendée Globe, avec des conditions très variées, des dépressions, du vent fort et de la mer formée au large de l’Irlande. « Ce n’était pas les mers du Sud mais c’est déjà pas mal », ajoute le skipper Newrest – Art & Fenêtres qui se projette déjà au départ du tour du monde avec envie et détermination, à la barre d’un bateau qui lui permet de sérieusement jouer sportivement. A 12,55 nœuds de moyenne sur les 3 155.42 nm parcourus, Fabrice s’est plus que jamais pris au jeu de la compétition : « Hier j’étais complètement dans le rouge, je me disais que j’étais plus un aventurier qu’un compétiteur, que ce n’était pas pour moi tout ça, cette bagarre incessante pour gagner mille après mille. Et puis l’adrénaline de cette arrivée m’a réconcilié avec la compétition, c’était juste trop bon ! »

 

 

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques