Bientôt loin de tout cela

Sept jours séparent le skipper Newrest – Art & Fenêtres du départ du Vendée Globe. Régulièrement Fabrice Amedeo partage sa préparation dans un carnet de bord diffusé dans Le Télégramme. Cet échange continuera pendant le tour du monde. Voici l’épisode 4.

Dans une semaine, je largue les amarres pour mon deuxième Vendée Globe. Dans sept jours, je tombe le masque et vais enfin renouer avec la liberté, les embruns, le large. Je n’ai jamais fui la terre. Il n’est pas facile de quitter ses proches. Mais cette année, le départ a une saveur particulière.

Tout d’abord car nous aurions mille fois pu passer l’hiver à quai tant la situation sanitaire a ébranlé notre bel événement. Mais aussi parce que partir maintenant, c’est échapper à ce nouveau confinement qui est plus pesant et plus inquiétant pour l’avenir que le premier. Quitter ce pays où un homme se voit couper la tête pour avoir enseigné à ses élèves ce qu’est la liberté. Où des croyants sont tués pour être allés se recueillir dans une église. Dans une semaine, c’en sera fini de tout cela. Fini les polémiques sur les plateaux télé, fini la violence des réseaux sociaux. L’océan, mon bateau et moi, pour près de trois mois.

[ Lire la suite sur le site du Télégramme ]

Retrouvez également l’épisode 3 du carnet de bord de Fabrice Amedeo sur le site du Télégramme : L’inconnu du chenal

 

Photo : Yvan Zedda / Alea #VG2020

 

Merci à tous mes partenaires

Partenaires titres

Partenaires officiels

Partenaires scientifiques

Mécènes du projet océanographique